À propos

Au secondaire, il y a plein de choses que je détestais – les travaux d’équipe, les exposés oraux, l’humanité entière et par-dessus tout, les limites de mots. Les fuc***g limites de mots.

Pendant que la dissertation de 500 mots était une torture pour les êtres humains normaux, la torture pour moi, c’était d’éliminer le plus d’adjectifs et de déterminants possibles pour faire entre en 500 mots la totalité des choses que j’avais à raconter.

Ça fait que je suis une rebelle dans l’âme, j’ai décidé que j’allais me reprendre pour toutes ces années de censure qui m’ont affectée dans l’apogée de ma crise identitaire. Merci le secondaire d’avoir entraver mon sain développement, c’est ici que je reprends le contrôle de toutes les conjonctions de coordination que tu m’as empêchée de vivre.

Humour, anecdotes, sarcasme, vulgarité occasionnelle que je promets de me forcer à contrôler et écriture abrasive – je vous invite dans ma vie de marde avec aussi peu de pudeur que mon voisin exhibitionniste.

PS : Le site est en pleine expansion. Vous avez des idées, des suggestions, des commentaires, des textes que vous voulez partager ou des sujets desquels vous voudriez qu’on traite, écrivez-nous! C’est un savoureux plaisir que de vous lire et vous entendre!

Et n’oubliez pas de faire le détour par notre série Foyer 502, on attend de vos feedbacks!

Bonne lecture!

– L’élève du fond