Épisode 51

Lundi le 11 septembre

Jour #14

Dans sa voiture – 11h55

Mathieu Lacombe

 

Mathieu Lacombe : Tu voulais mon attention? Tu l’as maintenant. Qu’est-ce que tu veux?

Alexandre C. : Ah, tiens. Ça fait des mois qu’on t’écrit, sans réponse. Tu viens de te rappeler qu’on existe?

Mathieu Lacombe : J’étais occupé…

Alexandre C. : Ok. Le président des États-Unis trouve le temps de tweeter, mais Mathieu Lacombe n’a pas une minute pour texter. Kestu veux?

Mathieu Lacombe : Arrête de faire l’innocent.

Alexandre C. : J’sais pas de quoi tu parles.

Mathieu Lacombe : Aucune activité hier, entre 16h et 23h, en plein pendant ton bowling familial. Ça reprend à 6h, l’heure de ton jogging matinal. Encore à 7h45, quinze minutes avant le début des cours à St-Barnabé, encore à 11h50, cinq minutes après la cloche du dîner et t’es le seul qui m’en veut assez pour me faire chier. Qu’est-ce que tu veux?

Alexandre C. : LOL! Wow. J’suis flatté que t’aies mémorisé mon horaire par cœur, mais j’ai le regret de t’apprendre que la moitié de St-Barn t’hait la face. Joe doit être en train de présenter un comité d’opposition à ton existence, à l’heure qu’il est. En tout cas, bonne chance Lacombe, mais je n’ai rien à avoir avec ce que tu racontes.

 

Bon.

Voilà qui me ramène à la case départ.

Je sais que je ne suis pas exactement en bons termes avec mes joueurs précédents. Après tout, madame Dubois s’est assurée de mon expulsion à deux mois de la fin de l’année scolaire et pendant que j’ai dû la terminer à domicile, mon équipe s’est retrouvée avec un paquet de commandes et de requêtes, sans ma présence pour gérer le tout. Ce n’est pas comme si je les avais volontairement abandonnés. Je veux dire, avec ma mère dans le cul pour surveiller mes moindres faits et gestes, ça aurait été difficile de continuer à orchestrer la magouille dans une école, alors que je n’habitais même pas le même village. La clientèle était en beau maudit contre mon équipe, mon équipe était en beau maudit contre moi et moi, j’ai un peu disparu de la carte, le temps de me faire oublier.

Visiblement, quelqu’un se rappelle de moi et s’efforce de me mettre des bâtons dans les roues, mais la liste de ceux qui ont accès à La Bible est limitée et la liste des mobiles, encore plus.

Outre la vengeance de cet abandon, le seul à avoir un motif raisonnable est Alexandre dont la copine l’a laissé pour avoir une chance avec moi. Ce n’est pas arrivé. Une déclaration amoureuse pendant un party de sous-sol, un rejet, un retour en pleurs à supplier son ex de la reprendre et parce que c’est plus facile de justifier leur réunion amoureuse en étant fâché contre moi plutôt que contre elle, j’imagine que c’est moi qui devais prendre la responsabilité. Résultat — je me suis pris deux coups de poing au visage et on n’en a plus jamais reparlé, mais je sais qu’il ne m’a jamais tout à fait pardonné. Alors mis à part Alexandre, qui pourrait bien m’en vouloir?

J’arrache une feuille de mon cartable et je fais une liste des suspects et de leurs mobiles potentiels, une étoile sur la rangée des gens de St-Barnabé.

 

« *St-Barnabé                                                                                               

Alexandre : Ex-copine, amoureuse de moi.

Jonathan :  Petite sœur, amoureuse de moi.

Pépé : Petite et grande sœurs, amoureuses de moi + sexe avec cousine.

Kelly : … »

 

Non.

Kelly n’a aucune raison de m’en vouloir, sa blonde est aussi lesbienne qu’Ellen DeGeneres et Rosie O’Donnell mises ensemble.

Quoique…

Fuck.

Danse d’halloween 2016, Laura Lalonde, son crush depuis la cinquième année. 100% straight. Aussi straight que les trois barres d’un «H», je l’ai peut-être — je dis bien peut-être — frenchée entre deux slows. Il me semble pourtant que Kelly m’a fait un high five, à la fin de la deuxième chanson, mais c’est une possibilité que je ne peux pas écarter.

 

«Kelly : Laura Lalonde.»

 

Je complète la liste, je la révise et je constate qu’il y a possiblement un pattern entre mes relations professionnelles et moi.

Je continue.

 

«S. de Champlain :

Vince : Loyauté à Rancourt

Benji : ??? Rapport avec Paolo ???

Clovis : … »

 

Clovis. Pourquoi Clovis pourrait hypothétiquement chercher à me …

Bzzz.

Je regarde sur l’écran de mon téléphone :

 

«Vous avez 1 nouveau message :

514-555-6186 : Maintenant que t’as officiellement remarqué que quelqu’un jouait dans tes plates-bandes, dis moi… t’es rendu à combien de suspects? »

 

Numéro inconnu.

J’ouvre la page internet, j’entre le numéro dans le moteur de recherche. Les huit premières pages sont liées à fooldem.com, le site internet qui permet de générer des numéros de téléphones jetables, sans abonnement ou contrat cellulaire. Rusé, mais pas si rusé que ça. Ça confirme que c’est quelqu’un qui connaît comment la business fonctionne parce que c’est l’application que j’utilise pour rediriger les appels aux parents.

Impossible que ce soit à S. de Champlain, ils ne sont pas rendus là.

 

Mathieu Lacombe : Pépé ou Joe?

514-555-6186 : Pourquoi pas Cynthia, Benjamin, Vincent ou Clovis?

Mathieu Lacombe : Parce que les quatre sont avec moi, en ce moment.

514-555-6186 : Tu sais Math… si tu veux que notre petite conversation se termine bien, il faudrait que t’arrêtes de mentir. À part de ça, t’es vraiment sûr qu’aucun d’entre eux n’accepterait de te trahir pour un montant d’argent?

 

Non.

Non, je ne suis pas sûr, mais ça réduit la liste des suspects, il n’y a que Vince qui aurait assez peu de morale pour faire ça.

 

514-555-6186 : Donc? Combien de personnes tu soupçonnes?

Mathieu Lacombe : Les seules qui ont accès à La Bible. Un de vous quatre, mais Kelly est trop sweet pour faire ça. Je reste avec Joe ou Pépé.

514-555-6186 : Ahhhh… et tu ne penses pas à aucune des 120 personnes à qui t’as soutiré de l’argent, en échange d’une couple de devoirs? Une des 120 personnes que t’as blackmail-ées? Qui ont appris comment ça marchait quand tes amis se sont faits prendre et que le projet a été exposé au grand jour? Quand Joe ou Pépé ont tout raconté à tout le monde? Une des 120 personnes qui aurait payé pour ton programme quand il s’est retrouvé aux enchères?

 

Attends, quoi?

La gang de St-Barnabé s’est faite prendre?

Impossible.

J’en aurais entendu parler.

 

Mathieu Lacombe : Bullshit.

514-555-6186 : Vraiment? T’es sûr? C’est quand la dernière fois que tu leur as parlé? Parce qu’aux dernières nouvelles, plus personne n’a entendu parler de toi après que tu te sois fait expulsé.

 

Vrai.

Après m’être fait expulsé de Ste-Augustine, en secondaire deux, ma mère n’avait pas assez d’argent pour déménager et elle n’a pas eu le choix de m’envoyer à St-Barnabé, le village le plus proche, à quarante-cinq minutes du nôtre. Évidemment, quand je me suis aussi fait renvoyer de St-Barnabé, j’ai coupé les ponts avec tout le monde, j’ai arrêté de répondre aux messages et j’ai seulement gardé contact avec les amis de mon village. Les autres, je les ai rayés d’internet et je les ai effacés de ma vie.

Mais s’ils s’étaient faits prendre, j’imagine que…

Ils auraient quand même essayé de…

Ok, arrête.

Arrête d’essayer de te convaincre, ils ont essayé.

Ils ont essayé de te rejoindre une bonne vingtaine de fois, sans que tu retournes leurs appels.

 

514-555-6186 : Et puis les autres, tu les oublies? T’as eu plus qu’un nerd. Plus qu’un bouncer. Combien de personnes ont démissionné ou se sont faits renvoyées de ton entreprise.

 

Plus d’une.

Mais j’ai toujours été en bons termes avec ceux-là, ils ont été amplement récompensés pour leur participation.

 

514-555-6186 : Combien de personnes, Lacombe. Combien de personnes t’as fait chier, qui pourraient vouloir se venger.

 

Hmm.

Si on y va dans cette optique-là, ça pourrait être long.

 

Mathieu Lacombe : Ok, qu’est-ce que tu veux? Clairement, t’essaies pas de faire foirer mes plans, tu cherches mon attention. Qu’est-ce que tu veux?

514-555-6186 : I want to play a game…

Mathieu Lacombe : Jigsaw? Décadence? Sérieux?

514-555-6186 : Plus comme «Guess Who?». Quatre jours, quatre défis, un indice par réussite, j’te donne celui d’aujourd’hui gratuit. Si tu trouves qui je suis d’ici vendredi, on se rejoint quelque part et on jase. Premier indice : t’as couché avec ma meilleure amie.

 

Calvaire.

Il me niaise.

 

Mathieu Lacombe : J’ai couché avec la moitié de St-Barnabé. En as-tu d’autres, des bons indices comme celui-là? Par exemple, est-ce qu’elle avait des doigts ou des pieds?

514-555-6186 : Les deux. Maintenant, on va commencer par une facile parce que j’ai une grande âme. Vidéo de toi en train de marcher en boxer, «à l’étage des vierges», dans un couloir de l’école.

 Mathieu Lacombe :  Tu veux que je réussisse. Tu veux qu’on se rencontre et qu’on jase. Pourquoi on ne passerait pas directement à cette étape-là que tu me dises ce que tu veux vraiment?

514-555-6186 : C’est à ton tour de te faire blackmailer, Mathieu Lacombe. Et disons-le, ça serait beaucoup moins amusant sans préliminaires. Demain. Avant 16h00. Bonne chance.

Mathieu Lacombe : Et si je ne le fais pas?

 

J’attends.

J’attends cinq minutes et comme mon message reste sans réponse, je finis par ranger mon téléphone et je soupire.

Ok.

Réfléchis, Math. Réfléchis.

Secondaire 3. Le mardi après la fin de semaine de Pâques, la première journée de l’échange étudiant, les filles du pensionnat de Marie Curie étaient venues passer la semaine dans une école mixte pour voir à quoi ça ressemblait, une école avec des garçons. Un pari avec Pépé, c’est moi qu’il amenait voir une partie de Baseball si je défilais sur «l’étage des vierges», à la cloche du dîner. Définitivement pas choisi au hasard, c’est sûr que son défi a rapport avec ça.

Qui?

Qui était impliqué dans cette histoire-là et qui m’en veut assez pour me faire du chantage?

Plus j’y pense et plus la liste s’allonge.

Toute l’école.

Si ce qu’il raconte est vrai et que le programme a été exposé, toute l’école est un maintenant un suspect potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *