Top 5 des personnages de films d’horreur qui me font cringer

Dimanche soir, effouarés sur le divan, on est complètement épuisés d’avoir fait la liste d’épicerie et de l’avoir chokée parce qu’on est trop paresseux pour faire notre commande. Netflix est ouvert pis on fixe l’écran sans oser poser LA question qu’on redoute tous les deux, le famous : «Qu’est-ce qu’on écoute?».

Parce que t’sais, mon chum, il est pas ben difficile, ça lui prend deux critères pour être sûr d’aimer un film : 1- C’est pas moi qui l’a choisi et 2- Starring Ryan Gosling. Pis moi… il serait p’t’être pas tout à fait en accord, mais j’irais pas jusqu’à dire que j’suis difficile non plus, c’est juste que j’suis sélective. J’ai du goût, t’sais. J’suis pas une fille facile, j’me respecte, j’ai des standards, ne choisit pas à la hâte son film qui le veut bien! Ce qui fait que personnellement, la sélection du film, c’est un processus aussi complexe et délicat que le mix de matières nucléaires dans un laboratoire de la NSA.

J’aime vivre dangereusement, je me lance : «Bon, on écoute quoi?»

Mon chum se lève, il me pitch la manette pis en s’éloignant, il me répond : «M’en va faire des biscuits, le lavage, rénover la cuisine pis magasiner notre retraite. Tu m’appelleras quand t’auras choisi.».

Ok. Fuck you.

Je sors mon Iphone, 92% de batterie. Nice, je devrais en avoir en masse pour youtuber tous les trailers et inscrire au bloc-note tous ceux qui m’intéressent parce qu’un seul choix, c’est pas assez. D’un coup que j’arrêterais de chercher après le premier et que je manquerais LE film qui ferait chavirer mon existence, c’est une tragédie que je suis clairement pas émotionnellement équipée pour vivre. Non. Je vais faire le tour de toutes les catégories, je vais IMDB that shit, je vais vagabonder sur tous les forums pis quand j’aurai fini ma quête spirituelle du film prodige, je vais appeler mon chum et lui présenter la liste de mes choix. Ce à quoi il va incontestablement répondre : «Tab****, encore un film tourné dans un grenier de Verdun sur lequel tu vas chialer tout le long!!!».

Pis regarde, j’en demande pas tant là. Tout ce que j’exige, c’est que la musique soit bonne, que les réactions soient crédibles, que le scénario soit réfléchi, que les personnages soient psychologiquement élaborés, qu’aucun animal/robot/alien gentil ne meurt à la fin, que je vive plein d’émotions, que la fin me surprenne et que le punch ne soit pas un dédoublement de personnalité. C’est quand même pas la mer à boire.

C’est juste que…

Ironiquement, je suis une fan de film d’horreur à petit budget.

Ce qui fait que ironiquement… ils ne rencontrent pratiquement jamais aucun de mes critères.

Ça fait que mon chum bougonne devant cette sélection de films dont nul n’a jamais entendu parler, il sait clairement que je vais passer les deux heures qui suivent à critiquer, moi je suis ben excitée, le film commence pis pour vrai, je trouve que cinq minutes, c’est un délai quand même respectable pour garder le silence. Je me contiens, t’sais. Je dis rien quand y’en a aucun dans le groupe qui capte le réseau cellulaire. Je chiale pas quand notre reine de la survie se cache sous le lit en attendant que le tueur se penche et la ramasse par les chevilles. Hey, je ferme même ma gueule quand le maître scout part à la course dans la forêt, ben en équilibre du haut de ses Michael Kors. J’écoute, j’observe, j’analyse, je suis fucking calme, je me dis que c’est pas grave parce que c’est rien qu’un film, mon chum me regarde du coin de l’oeil pis moi :

– TABARNAC, POURQUOI C’EST TOUJOURS DES OSTIS DE CAVES QUI AURAIENT CLAIREMENT PAS SURVÉCU À LA POUPONNIÈRE DANS LES FILMS D’HORREUR!!!!

Parce que pour vrai, j’suis plus capable…

 

1- Le gars trop compétitif

Lui qui propose ingénieusement de se séparer en groupes. Ce gars-là, il s’appelle nécessairement Chad ou Connor parce que y’a rien qu’un Chad ou un Connor qui peut scrapper une résolution de problème avec autant d’envergure. Y’a un cadavre non-identifié dans le garde-robe et deux de leurs amis ont disparu, pas de stress, on peut toujours compter sur Connor pour y insérer un soupçon de plaisir. C’est certainement pas parce qu’un individu se promène avec une machette que Connor va perdre une occasion d’être le roi de la chasse au trésor. Enweye le rallye, on fait des petits groupes pis on part à l’aventure! Et parce que tout le monde trippe solide sur Clue grandeur nature, y’en a pas un seul dans la clique qui va lui dire à Connor que son idée, c’est une idée de marde.

En tout cas. Je suis pas mathématicienne, mais si tu aboutis dans son groupe, tes probabilités de survie ne s’étendent pas plus loin que la scène PG-13.

 

2- La fille hypersexualisée

Celle qui n’assume clairement pas le cheap labor que représente sa sexualité. Elle n’a amené que des sous-vêtements rouges dentelle, elle clanche le tanning avec plus de vigueur que Snookie, elle se vaporise même la craque de noune au febreeze avant de commencer le rallye où Connor ne l’a pas choisie pour son esprit de déduction, mais ô madame fait semblant d’avoir des standards quand il glisse sa main dans ses culottes et qu’elle est comme : «C’était quoi ce bruit-là?».

Ah ça? C’est juste la minorité visible du groupe qui crie pendant qu’il se fait éviscérer (parce qu’ils ne survivent jamais ceux-là). Stresse pas fille, t’as le temps pour ton blowjob, il reste le policier, le puceau in love avec la blonde de son meilleur ami pis le douchebag avant ton tour. Enjoy ton quickie, c’est ton dernier.

 

3- Le policier

Lui qui a visiblement remporté son diplôme dans une machine surprise à 1$ du Blockbuster, le même qui patrouille toujours seul. Il reçoit un SOS codé en morse du fin fond de la forêt (parce que les téléphones ne fonctionnent plus, t’sais),  mais hey, pourquoi amener du backup quand tu peux tout simplement aller te perdre forever alone à huit jours d’excursion de la civilisation.

Il éclaire la vitre où notre charrue pleine de sang varge comme une cinglée en hurlant, pis notre grand investigateur est comme : «Tout va bien madame? Je n’entends pas ce que vous me dites…».

Ah ben pas pire là. Elle est juste un peu déçue de ce coït interrompu, mais elle gère la charrue, elle gère. Anyway, elle essayait juste de t’avertir que le tueur était derrière toi, mais on en fera pas de cas, un concurrent de moins à Survivor.

 

4- La survivante

Parce qu’il n’y en a qu’une et c’est nécessairement la vierge qui allait se faire popper le Cherry Soda ce weekend-là. Celle qui va devoir postponer son grand projet d’émancipation parce que son long time lover va se sacrifier pour la sauver. On ne sait pas quels mauvais choix de vie l’ont amenée à fréquenter des gens aussi dévergondés que Connor et sa guerda, mais elle s’appelle Julia et son nom à lui seul est impliqué dans plus de causes sociales que la Croix Rouge.

Julia, elle va finir enroulée dans une couverte grise, sur la banquette arrière d’une ambulance, le regard perdu dans le vide pendant que ses amis se font sortir dans des body bags. On pourrait penser qu’elle vit son deuil, mais non, elle est juste fucking impressionnée de découvrir ses soudains skills de karaté. Parce que les deux joueurs de foot n’ont pas réussi à maîtriser le tueur, mais elle, fille de pasteur et Jet Lee à ses heures, elle te lui a sacré toute une rince, juste avant de crinquer son 12 pis de lui sortir une phrase (pas) epic :

*Cre-cric* (c’est le 12 qui  crinque ça)

– This was for my friends. And this…

*POW*

-… is cause you don’t fuck with the nice girl.

 

5- Le meurtrier

Lui… lui, j’avoue que je suis pas super fière de l’issu de son duel avec Julia, mais en même temps, j’ai un certain respect.

Ok, c’est pas nécessairement le first pick sur la liste des invités d’un camping trip, mais c’est clairement lui que tu veux comme partner dans tes projets scolaires. Parce que le gars, il est juste multidisciplinaire, il a plein de tours dans son sac que tu n’as pas.

C’est le co-fondateur d’Hydro-Québec en pleine réorientation professionnelle. Perso, j’ai de la misère à localiser le breaker de ma télé, mais lui, il sait précisément quel fil couper pour que le chalet soit plongé dans l’obscurité et ce, sans s’électrocuter. Le boy scout, il connaît son chemin par coeur dans la noirceur et c’est pas seulement un électricien, c’est un gradué de Durmstrang (trop rebelle pour Poudlard), il est passé maître dans l’art du transplanage. Pour vrai, cours pas, ça sert à rien, peu importe à quelle vitesse tu te déplaces, il t’attend déjà au prochain coin. De surcroît, pas besoin de charger ton téléphone, notre Anonymus du club des petits au complexe d’Oedipe a déjà brouillé le réseau. Non, tu pourras pas appeler le 911 pis non il marchera pas, sauf quand tu vas te cacher dans le bois et qu’il va sonner pour l’alerter de ta position.

Le seul problème : il ne meurt pas cet es**-là. Ça fait que quand tu vas lui tirer 88 balles et qu’il va s’effondrer, sauve-toi surtout pas! Enlève-lui son couteau, plante-lui dans le coeur et dans la tête, ampute-le de tous ses membres, fais un rituel voodoo, sacrifie une chèvre, récite Marie-noire trois fois et invoque Cthulhu parce que si tu skip une seule de ces étapes, j’te confirme qu’il ne sera plus là quand tu vas repasser.

Ça fait que c’est ça là…

Si t’as aimé, laisse ta trace! On fera peut-être un sequel sur le top des malencontreux imprévus qui arrivent toujours dans les films d’horreur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *