Les bananes de la criminalité

En temps normal, je suis une personne hyper honnête. Genre, je le dis quand la caissière me donne trop de change ou qu’elle oublie de scanner un article. Je trouve un téléphone cellulaire, je fais le tour des contacts en essayant d’expliquer dans un espagnol approximatif que « tù amigo perdido su iphono! ». Un jour en secondaire 1, j’ai volé des boucles d’oreille au Ardène que je suis venue raccrocher sur le rack incognito le lendemain.

Mais aujourd’hui, je me suis reprise pour cette vie menée dans le droit chemin. Je suis devenue une full patch de la criminalité.

Ça fait que je suis au Loblaws, où je passe au libre-service pour éviter d’avoir à communiquer avec les caissières qui ont la joie de vivre d’une tumeur cérébrale. Comme c’est une technologie aussi développée que celle de la STM, mes fèves pis mon redbull fuck le chien, exigeant de nous de déranger la préposée pour qu’elle CTRL+ALT+DEL notre machine. Visiblement, on la dérange dans sa réflexion sur la vie. Mes fèves du Québec, c’t’un problème vraiment mineur en comparaison au meilleur moyen de suck out le goût de vivre de tout être humain. Après trois articles qui font basculer l’équilibre informatique du réseau Loblaw, j’espère intérieurement que c’était juste mon mauvais karma pour la shot du Ardène, que j’ai payé ma redevance pis qu’on est chill, la vie et moi. Que j’aurai pas à m’adresser à nouveau à la fille à la bonne humeur du fromage cottage.

Ça fait que je scan mes bananes, pis c’est là que je vois le 0,01$ apparaître sur l’écran. Ah ben calvaire. Voilà ma chance de devenir l’emblême de la délinquance. Une criminelle hors pair, la jessy james des chaînes alimentaires. Mon copain esquisse un geste vers la fille au sourire cancérigène pis moi j’suis comme : «CHUUUUUUUT!!!». J’te scan le reste avec la fébrilité de quelqu’un qui vient de faire un hold up. Intérieurement, j’me dis que le karma est en train de me faire un high five pour la fille qui pratique sa face de deuil. C’pas vrai que je vais te déranger pour que tu me fasses de l’attitude, moi pis mes bananes gratis on se pousse comme des hors-la-loi.

Ça fait que sort dans le parking, *fist bump* pour notre subterfuge, nous pis Mom Boucher on s’en va prendre le brunch dimanche midi. J’ai exposé mes bananes su’l’counter comme symbole de victoire. J’aimerais penser que je deviens mature avec le temps, mais non. J’suis juste vraiment excitée d’avoir gagné notre duel impitoyable.

Vive les petits plaisirs de la vie….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *